Espèce de malotru ! Zouave ! Cubiste ! Il fut un temps, pas si lointain, où le terme cubiste figurait en bonne place dans le vocabulaire des insultes et des noms d’oiseaux. Le très conservateur critique d’art, Louis Vauxcelles (1870-1945) est à l’origine du terme. Vent debout contre toute forme d’avant-gardisme, il voit dans les tableaux de Braque des constructions « en cube » puis quelques années plus tard, il qualifie Fernand Léger de « tubiste » ! Alors « cubisme ou tubisme » il faut choisir!

Les pionniers de l’art ont souvent payé cher leurs audaces esthétiques, les impressionnistes en leurs temps ne furent pas plus favorisés. Le dramaturge, poète et très catholique Paul Claudel voit dans le travail de Picasso « Une insulte à l’oeuvre de Dieu », il faut dire qu’on en attendait pas moins de celui qui considérait l’art moderne comme « une tartine de fiente » ou « le morne spectacle de la bêtise, de l’ignorance et de la maladresse mis au service de la laideur. »

Les peintres cubistes, méditations esthétiques


Les cubistes ont mauvaise presse, pour les défendre contre la critique bourgeoise et conservatrice, Guillaume Apollinaire s’éleva en Super Héros ! Une seule arme pour le poète cabotin : Une plume enthousiaste et lyrique.
En 1913, Guillaume Apollinaire fait paraitre l’ouvrage Les peintres cubistes, méditations esthétiques, un texte fondateur qui fera date dans la défense du mouvement cubiste. Dans ce texte, le poète s’attache, dans la première partie, à définir le cubisme : ses tenants, ses aboutissants et ses acteurs ; un art en rupture avec l’art ancien, celui de l’imitation de la nature et des valeurs formelles. Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Apollinaire décrit les recherches esthétiques de dix artistes emblématiques. En première place, figure son ami Pablo Picasso appelé également du joli nom « L’oiseau du Bénin » dans Le poète assassiné publié en 1916.

Les peintres cubistes, méditations esthétique est aujourd’hui disponible au catalogue des éditions Bartillat, préface de Dominique Dupuis-Labbé.
L'exposition Guillaume Apollinaire, le regard d'un poète est visible au Musée de l'Orangerie à paris jusqu'au 18 juillet 2016. Et 
parce qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours, voici un nouveau topo-trombigramme où Guillaume Apollinaire, toujours à l’honneur cette saison, est entouré de son club cubiste.
Apollinaire et les cubistes