Le printemps est traditionnellement la saison des asperges, du chou rave, chou blanc, chou rouge, des épinards mais également la saison des poètes. Cette année, c’est le colosse des belles lettres, Guillaume Apollinaire qui tient le haut du pavé.

Du 6 avril au 18 juillet 2016 se tient, au musée de l’Orangerie, une excellente exposition : Apollinaire, le regard du poète. Un titre étonnamment sobre et classique pour un poète si tonitruant, assoiffé et gourmand. Picasso, Chagall, Marie Laurencin, Rousseau, Matisse, De Chirico, Duchamp, Delaunay, pour ne citer qu’eux, témoignent des affinités esthétiques de l’ami, du journaliste, du poète et du critique d’art. Une abondante documentation, sous la forme de manuscrits, de correspondances et de photographies met en lumière l’activité vrombissante de « l’homme époque » comme aimait à le qualifier Alberto Saviano.

Je profite donc de l’ensoleillement médiatique autour du bien-aimé poète, pour vous proposer un premier « topo-trombigramme »  (définition maison : des tronches et des flèches). Cette impressionnante galerie de personnages met en lumière la variété des relations artistiques de Guillaume Apollinaire durant sa courte vie. D’autres « topo-trombigramme » autour du poète, seront publiés tout au long de la belle saison.

Topo Trombigramme d'Apollinaire 1Le poète est endormi au Père Lachaise auprès son épouse Amélia dite Jacqueline ou Ruby, c’est selon… en compagnie de nombreux poètes à découvrir sur le parcours thématique : Poésie