ASTIER DE LA VIGERIE (d') Emmanuel
Avocat et homme politique

Emmanuel Astier de la Vigerie est né le 6 janvier 1900 à Paris. Grand résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il joue un rôle important dans la coordination et l'organisation de la résistance à Londres, en France et Alger. Ecrivain, journaliste et homme politique français, il meurt le 12 juin 1969 à Paris.
Dés septembre 1940, Astier de la Vigerie fonde à Cannes, le mouvement "La Dernière Colonne", ce réseau de résistance a pour fonction le sabotage, malheureusement, les arrestations se multiplient et le réseau est rapidement dissous. En juin 1941, il crée le mouvement "Libération” avec Jean Cavailles. À la tête du mouvement, il fait paraître affiches et tracts. En juillet, paraît le premier numéro du journal "Libération". En janvier 1942, une liaison est établie avec Londres, il rencontre le Général de Gaulle qui le charge d’une importante mission : convaincre le président Roosevelt de reconnaître la France Libre. Jusqu'à la Libération il joue un rôle important dans la coordination et l'organisation de la résistance à Londres, en France, à Alger. Un Gouvernement provisoire est créé en juin 1944. Il en devient ministre de l'Intérieur en août après son retour en France. À la suite d'un désaccord avec le général de Gaulle, il quitte ses fonctions en septembre après avoir refusé le poste d'ambassadeur à Washington. Il est élu député progressiste d'Ille-et-Vilaine en 1945, et le restera jusqu'en 1958. En 1956, proche du PC français, il condamne l'intervention soviétique en Hongrie, ainsi que l'expédition franco-britannique de Suez. Dans la tourmente de la fin de la IVè République, il vote l'état d'urgence en Algérie et la révision constitutionnelle mais refuse de voter la confiance au général de Gaulle.

Thématiques associées : Politique  Journalisme  Armée  XXème siècle