CLÉMENT Jean-Baptiste
Auteur de chansons

Le chansonnier et révolutionnaire communard, Jean-Baptiste Clément, est né à Boulogne-Billancourt le 31 mai 1836. Ses propos virulents contre le régime de Napoléon III entraînera nombre de condamnations et emprisonnements. Favorable à l’insurrection parisienne du 18 mars 1871, délégué de la Commune de Paris, il deviendra maire de Montmartre en 1871. Exilé à Londres, il rentre à Paris en 1880. Auteur des paroles de la chanson “Le temps des cerises” , cet air deviendra l’hymne de la Commune de Paris et de la lutte ouvrière. Il meurt à Paris le 23 février 1903.
Etabli à Montmartre, Jean Baptiste Clément est incarcéré pour publication d'un journal non autorisé et outrage à l'Empereur. Il est libéré lors de l'insurrection républicaine après la déchéance de Napoléon III le 4 septembre 1870. La Commune fut une très grande expérience de la vie de Jean-Baptiste Clément où il exerce de lourdes responsabilités et participe aux derniers combats. Il réussit à gagner la Belgique puis Londres où il poursuit la lutte. Condamné à mort par contumace en 1874, il rentre en France clandestinement en 1875, à Montfermeil. Il revient à Paris suite à l'amnistie générale en 1880. Délégué à la propagande pour la fédération socialiste, il parcourt la France et observe les conditions de vie déplorables du monde ouvrier. Dans les Ardennes il soutient des grèves, éduque, crée des syndicats, organise des réunions publiques et contradictoires, ainsi que des cercles politiques. Le 1er mai 1891 la grève est générale, à Fourmi la troupe tire dans la foule, bilan : 9 morts dont des enfants. Jean-Baptiste Clément est emprisonné sept semaines. Fin 1894 rongé par la maladie, déçu par la démobilisation de ses troupes, il quitte les Ardennes. Il est employé à la mairie de Saint-Denis et collabore au journal : "La Petite République".

Thématiques associées : Musique  Politique  XIXème siecle