DALADIER Édouard
Homme politique

L’homme politique Édouard Daladier est né à Carpentras le 18 juin 1884. Membre du Parti Radical, il fut plusieurs fois ministre et président du Conseil. En 1938, il signe les "Accords de Munich", traité qui offre, ni plus ni moins, la Tchécoslovaquie à Hitler afin de mettre un terme à la crise des Sudètes. Il meurt à Paris le 10 octobre 1970.
Décoré de la légion d’honneur après la grande guerre, Édouard Daladier devient député radical du Vaucluse de 1919 à 1940. Il est président du Parti Radical de 1927 à 1930 puis de 1936 à 1938. En juin 1936, il est nommé ministre de la Défense nationale dans le gouvernement du Front Populaire. Lors des accords de Munich, il est fortement encouragé par les britanniques Chamberlain et Lord Halifax à signer le traité malgré son opposition. Daladier devient président du Conseil en septembre 1939, il est renversé en mars 1940 puis à nouveau ministre de la Défense nationale et de la Guerre dans le cabinet de Paul Reynaud. Peu avant la défaite, Daladier embarque à destination du Maroc pour poursuivre la lutte. Arrêté dès son arrivée, il comparaît au procès de Riom, accusé d'être responsable de la défaite, mais l’instruction tourne court et le procès s’arrête. Suite à l'invasion de la zone libre, Daladier est livré aux allemands, interné en avril 1943, il sera libéré par l’armée américaine deux ans plus tard. Après la guerre, il reprend sa carrière politique et est élu député de 1946 à 1958 et maire d'Avignon en 1953. En juin 1958, il vote contre l'investiture du général de Gaulle et l'attribution des pleins pouvoirs au gouvernement. Il meurt à Paris le 10 octobre 1970.

Thématiques associées : Politique  XXème siècle