DAUDET Alphonse
Écrivain

« L’homme du midi ne ment pas, il se trompe ». On doit cette jolie formule à Alphonse Daudet, né à Nîmes le 13 mai 1840. Auteur proche des naturalistes, on lui doit entre autres, Les lettres de mon moulin dont est issue la populaire chèvre de Monsieur Seguin. Publiées sous forme de recueil en 1869, elles rencontrent un succès phénoménal. Puis sont publiés, "Le petit chose", sorte de roman autobiographique en 1868 et ensuite "Tartarin de Tarascon" en 1872. Il meurt à Paris, loin de son soleil natal, le 16 décembre 1897.
Si vous souhaitez en savoir d'avantage sur les débuts littéraires d'Alphonse Daudet, vous pouvez lire le billet Livres Paris, vu du zinc céleste
En 1857, Alphonse Daudet monte à Paris avec la ferme l’intention de faire une carrière littéraire. Riche de cette seule ambition, il vit dans l’insouciance joyeuse fréquentant néanmoins quelques salons parisiens. À l’âge de 17 ans, il attrape la syphilis, cette maladie aura des conséquences lourdes toute sa vie durant. En 1858, il publie un recueil de vers Les amoureuses et rencontre l’année suivante l’écrivain Frédéric Mistral qui entrera par la porte de l’amitié dans les écrits de Daudet (voir Le poète mistral). Un temps secrétaire du Duc de Morny, Daudet écrit pour le journal " Figaro" puis publie Les lettres de mon moulin en feuilleton en 1866 dans le journal "L’événement" et publie "Le petit chose" inspiré d’une expérience personnelle douloureuse. En 1872, sort le premier volume des aventures de Tartarin de Tarascon, aventures tragi-comiques d’un provençal naïf qui se déclinent en 3 tomes (peu apprécié des provençaux ! ). En 1873 il fait paraître un recueil de nouvelles, Les contes du lundi, qui retrace les événements la Commune. Une complication neurologique, conséquence de la syphilis, le fait atrocement souffrir et il meurt le 16 décembre 1897 à Paris, à l’âge de 57 ans.

Thématiques associées : Littérature  XIXème siecle  Théâtre