GAY-LUSSAC Louis
Physicien et chimiste

Louis Joseph Gay-Lussac né le 6 décembre 1778 à Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne, est un chimiste et physicien français, connu notamment pour ses études sur les propriétés des gaz. Ses travaux explorant successivement les différentes branches de la chimie et de la physique à la suite de Lavoisier ont ouvert une voie aux notions fondamentales de la chimie atomique. Il meurt à Paris le 9 mai 1850.
Né dans une famille bourgeoise aisée, le jeune provincial Louis-Joseph Gay-Lussac monte à Paris et entre en 1797 à l’Ecole Polytechnique. Premier fruit d’une carrière qui sera longue et éclatante, il met au jour, en 1802, la loi de dilatation des gaz et vapeurs (1ère loi Gay-Lussac). Précurseur de la météorologie, il étudie les nuages et les tensions de vapeur aux plus basses températures, construit des thermomètres et des baromètres de haute précision. Emule de Lavoisier, il entreprend en 1804 deux vols en ballon afin d’étudier les variations du magnétisme terrestre ainsi que la composition de l’air à différentes altitudes. Membre de la Société d’Arcueil, un groupe de savants réuni autour de Berthollet et de Laplace, il y rencontre Alexandre de Humboldt, le naturaliste, explorateur et géographe allemand, avec qui il se lie d’amitié. Ils publient ensemble des articles et travaillent conjointement sur la composition de l’atmosphère et le magnétisme terrestre. Ces expériences lui permettent d’énoncer les lois volumétriques des combinaisons gazeuses (2ème loi Gay-Lussac en 1808). Cette même année, il obtient la chaire de physique à la faculté des Sciences de Paris, nouvellement créée. Il devient également professeur de physique à la Sorbonne de 1809 à 1832 et professeur de chimie pratique à l’Ecole Polytechnique de 1809 à 1840. Parallèlement il continue ses recherches et s’adjoint le concours du chimiste Louis-Jacques Thénard avec lequel il isole un composant chimique : le Bore. En 1809, ils découvrent l’acide fluosilicique et l’acide fluo borique. Puis en 1815, Gay-Lussac détermine la composition du cyanogène en volume et en poids. En 1820, il devient membre de l’Académie nationale de médecine et enseigne, dès 1832, comme professeur de chimie minérale au Museum d’Histoire Naturelle. Gay-Lussac cumule les fonctions tout au long de sa vie. Ainsi, au firmament de sa carrière, il se lance en politique et devient député de Limoges en 1831 puis est réélu en 1834 et en 1837. Gay-Lussac aura publié plus de 150 mémoires ou articles qui montrent l'association étroite entre physique et chimie, mais aussi l'orientation de la chimie vers l'analyse quantitative. Il meurt à Paris le 9 mai 1850, comblé d'honneurs et d'argent, mais sans élève, sans école de recherche pour continuer son oeuvre.

Thématiques associées : Sciences  XIXème siecle