LAURENCIN Marie
Peintre

Marie Laurencin est né en 1883 à Paris, peintre, illustratrice, graveur, c’est une figure incontournable de l’art moderne naissant. Ces tableaux représentent souvent des portraits de jeunes filles, rêveuses dans des tons de pâles et sourds. Muse et amante de Guillaume Apollinaire (division 86), son nom est indissociable du tout Paris Culturel des années folles (1919-1929).
Si vous souhaitez en savoir plus sur la relation Apollinaire-Laurencin, vous pouvez lire le billet : Les amants du Père Lachaise
« Elle a fait de la peinture au féminin un art majeur », c’est par ces mots que Guillaume Apollinaire nous présente sa muse et son amante, une relation houleuse qui durera 5 ans. Marie Laurencin est née à Paris en 1883, c’est une figure artistique indissociable du début de l’art moderne. Ces amis se nomment Braque, Picasso, Max jacob et Derain mais son style pictural ne se laisse pas influencer par ses illustres amis. L’année 1907, Marie rencontre Guillaume Apollinaire, c’est également l’année de sa première exposition au salon des indépendants entourée des œuvres de ses amis du bâteau Lavoir. Marie Laurencin rencontre l’amour en la personne du baron Otto Van Watjen peintre allemand et se marie en 1914, le couple fuit la France après la déclaration de guerre et se réfugie à Madrid puis à Barcelone en 1916 où elle fait la connaissance de Picabia et Valery Larbaud. Après 6 années d’exil, le retour à Paris est difficile et le couple se sépare. Peintre, graveur, illustratrice, c’est essentiellement son travail de portraitiste qui retient l’attention. Sa peinture représente pour une large partie des portraits de jeunes filles en fleurs, tristes, lascives ou évanescentes, son art, bien que naïf au premier regard, dégage une étrange sensualité, une profondeur fébrile, envoûtante et surtout une attirance qui ne veut pas dire son nom. Artiste, esprit libre, grande amoureuse, Marie Laurencin fréquente le tout Paris artistique et culturel des années folles, Nancy Cunard, Coco Chanel, Cocteau, Paul Morand, André Gide, les portraits de ses amis remportent un grand succès. Comme beaucoup d’artistes de l’époque, elle élaborera de nombreux décors et costumes notamment pour les ballets russes de Diaghilev, Les biches du compositeur Francis Poulenc joué en 1924 ainsi que pour le théâtre comme la pièce d’Alfred de Musset  A quoi rêvent les jeunes filles en 1927 ou Le déjeuner sur l’herbe de Roland Petit en 1945. Marie Laurencin s’éteint en 1956 à Paris, elle est inhumée non loin de Guillaume Apollinaire, conformément à ses dernières volontés, toute vêtue de blanc, les lettres d’amour du poète sur son cœur.

Thématiques associées : Art  XXème siècle