VALLÈS Jules
Écrivain

L’irréductible révolté, Jules Vallès, est né le 11 juin 1832 au Puy-en-Velay. Journaliste, député de la Commune en 1871, il fonde le journal Le cri du peuple dans lequel il lutte, de manière virulente, contre la politique d’Adolphe Thiers. Condamné à mort par contumace, il s’exile à Londres, où il écrit une trilogie d’inspiration autobiographique, L’enfant en 1879, Le Bachelier en 1881 et L’insurgé en 1886 dans le style réaliste de l’époque. Ardent défenseur du prolétariat, Jules Vallès s’éteint le 14 février 1885 à Paris à l’âge de 52 ans.

Jules Vallès durant la commune est membre de la minorité, il refuse de se rallier au comité de salut public, il proclame : « j’écrirai sur mon drapeau : vivre en travaillant sans ajouter mourir en combattant. Je réclame des outils, point des fusils. Je crie : pas de sang mais du pain. Je jetterai seulement un cri de justice et tiendrai droite la balance, sans jamais faire descendre les plateaux au souffle d’une colère et sous le poids du glaive ». Il assiste à la journée sanglante où, dans Paris, 20 000 personnes se font massacrer par l’armée des versaillais. Jules Vallès fuit la capitale alors que deux hommes lui ressemblant fortement sont exécutés sur le champ. Réfugié à Londres, il racontera dans L’insurgé, le troisième volume de sa trilogie, les jours sanglants de la révolte et son opposition à la République d’Adolphe Thiers.

Thématiques associées : Littérature  Politique  XIXème siecle